vin-vegan-2018

Le vin vegan, entre marketing et éco-responsabilité

Après l’engouement suscité par les vins bios ces dernières années, Les Epicuriens du Vin se sont intéressés à une nouvelle habitude de consommation qui compte de plus en plus d’adeptes : le véganisme. Et il semblerait que le vin aussi se trouve entraîné dans cette vague. Simple argument marketing ou véritable alternative ? Les Epicuriens du Vin mènent l’enquête.

Depuis l’explosion de la tendance végétarienne et maintenant végétalienne et « vegan » pour les plus engagés, la plupart de nos produits du quotidien sont maintenant disponibles dans leur version « veggie » (entendez par là sans produit d’origine animale). Plus qu’une simple tendance, ce phénomène répond à une prise de conscience des consommateurs de l’impact environnemental de l’élevage intensif et fait suite aux révélations glaçantes des scandales de cruauté animale.

Loin d’être un phénomène marginal, le véganisme s’invite aussi dans les grands restaurants. Certains chefs étoilés se détournent de la viande au profit de recettes 100% végétales. Parmi eux, Alain Passard, le chef du restaurant L’Arpège à Paris qui décide en 2001 de bouleverser sa carte pour se consacrer uniquement au végétal. Preuve de son succès, il compte de nombreux adeptes et son enseigne parisienne ne désempli pas.

Et la tendance s’étend maintenant au monde du vin où les producteurs se sont adaptés aux nouvelles exigences de leurs clients. Depuis 2016 les négociants et les vignerons peuvent obtenir le label « E.V.E VEGAN » une certification reconnue à l’échelle européenne qui garantit au consommateur qu’aucun intrant d’origine animale n’a été utilisé pendant la fabrication et que les produits utilisés pour l’emballage ne contiennent aucune substance d’origine animale.

label-vegan

Mais alors, que contient réellement le vin qui justifierait sa version vegan ?

Après son passage en cuve, le vin doit être débarrassé des particules et des résidus de levure restés en suspension. On parle de processus de clarification. Ce dernier requiert l’utilisation d’une « colle » traditionnellement réalisée à partir de de produits d’origine animale comme des blancs d’œufs, de la colle de poisson ou de la caséine (protéine de lait). En ce qui concerne l’emballage, les encres et colles utilisées pour les étiquettes peuvent également contenir des substances d’origine animale.

Si ces substances ne posent pas problème dans le cadre d’un régime végétarien, un consommateur vegan, lui, passera son chemin.

white-wine-and-picnic-basket-with-flowers_4460x4460

Quelles sont les alternatives proposées par les vins vegan ?

Heureusement, plus besoin de choisir entre défendre la cause animale et déguster un bon Bourgogne ! Il existe aujourd’hui des solutions pour remplacer les « colles » traditionnellement utilisées pour la clarification du vin comme la bentonite, une argile minérale, ou encore la colle de pois ou de pomme de terre.

Si la production sous ce label reste marginale et ne concerne qu’une poignée de vignerons, elle devrait être amenée à se démocratiser face à la montée en puissance de ces nouveaux modes de consommation et des régimes alimentaires de plus en plus rigoureux. La preuve en est que les guides des vins vegan se multiplient et on trouve même des annuaires en ligne référençant les vins certifiés vegan en France. De nombreux domaines se sont déjà lancés dans l’aventure, et d’autres ne tarderont pas à suivre.

Attention, le label vegan ne fait pas tout ! S’il garantit que le vin répond aux critères d’un régime végétalien, il existe d’autres certifications qui vont encore plus loin dans la protection des écosystèmes. Le label Bee Friendly, par exemple, œuvre pour la préservation de la biodiversité ou encore la limitation de la mortalité des pollinisateurs au cours des opérations de récolte.

Difficile de s’y retrouver parmi tous ces labels ? Même si ces efforts sont sincères et démontrent une sensibilité à la question de l’écologie, la réalité reste qu’il sera toujours difficile d’obtenir un vin 100% biologique ou 100% vegan… Pour Les Épicuriens du Vin, la qualité d’une bouteille se reflète avant tout dans le travail du vigneron et l’amour de sa terre. Là, vous ne pourrez pas vous tromper.

Pour vous autres carnivores, locavores, crudivores ou flexitariens … vous pouvez continuer à profiter de vos bonnes bouteilles, avec modération bien sûr.

Partager sur

Votre avis, s'il vous plait

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *