Le marché du vin en Chine

La Chine rentre dans une période de crise structurelle et donc de long terme. Ceci est principalement dû une baisse de compétitivité et se traduit par une baisse simultanée de ses exportations comme de ses importations. L’activité générale stagne et la consommation est en berne. Ceci pourrait à terme engendrer des troubles et une certaine « fermeture » de la Chine dont on ressent déjà les prémices.

La consommation du vin s’en ressent et les difficultés de ce secteur avaient d’ailleurs déjà commencées depuis environ 18 mois pour différentes raisons dont les principales sont les suivantes :

  • Politique anti-corruption du gouvernement : les chinois aiment se faire des cadeaux et le vin (comme d’autres produits considérés comme luxueux) était très utilisé à cet effet. Cela concerne directement les grands crus et les grandes marques d’alcool dont la chute des ventes est considérable mais impacte aussi les vins plus modestes : fini (pour l’instant) les grands galas et réceptions ! Un léger rebond se fait actuellement sentir sur le segment des grands crus.
  • Prix exagérément hauts : les chinois qui apprennent très vite, n’apprécient pas avoir payé très cher des vins pas toujours très bons. Ils sont devenus méfiants et cherchent en permanence sur internet où trouver des vins moins chers… cela perturbe le marché et notamment le secteur des grandes et moyennes surfaces.
  • Contrefaçon : la contrefaçon des vins y est « industrielle » avec bien plus de vins contrefaits que de vrais sur le marché et les chinois le savent. Cela touche toutes les catégories de vins (et pas seulement quelques grands crus) et créé une méfiance (et une défiance) importante qui freine les achats.
  • Les droits de douanes sont de 48% sur les vins en provenance de l’UE alors qu’ils sont de 0% pour les vins de plusieurs pays, comme l’Argentine, le Chili et l’Australie. Cela pose problème à l’entrée et au moyen de gamme en faisant baisser la compétitivité des vins français ou en provenance de l’UE et favorise la contrefaçon (pose d’étiquettes pseudo-françaises sur des vins d’autres provenance).

La Chine rentre donc dans une période compliquée et si c’est un marché qu’il ne faut pas ignorer pour nos vins, il faut l’aborder avec prudence et professionnalisme.

Rédigé par le Sage, décembre 2015.

Partager sur

Votre avis, s'il vous plait

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *